WTCC

ECHITO FOLLOWS IN FANGIO’S FOOTSTEPS TO CLINCH WORLD CHAMPIONSHIP CROWN!

pechito012– Two weeks after winning the World Manufacturers’ Championship*, Citroën has added the Drivers’ title to its trophy cabinet than ks to José María López.

– The Suzuka meeting saw Pechito notch up his ninth race win of the season. Sébastien Loeb also made it onto the podium in race 1.

– José María López is the first Argentinian to win a motorsport World Championship since Juan Manuel Fangio fifty-seven years ago.

En s’attribuant la pole position sur le circuit de Suzuka, José María López avait fait un pas supplémentaire vers la consécration. Même si une quatrième place devenait suffisante pour s’assurer du titre de Champion du Monde FIA WTCC, le pilote de la Citroën C-Elysée WTCC n°37 décidait de faire preuve de panache !

À l’extinction des feux, il réussissait son meilleur départ de la saison pour virer en tête devant Yvan Muller. Troisième sur la grille, Sébastien Loeb manquait son envol et il bouclait le premier tour en cinquième position, derrière Tom Chilton et Hugo Valente.

Pare-chocs contre pare-chocs, les deux Citroën de tête décrochaient rapidement leurs poursuivants. Mais après quelques tours, Yvan Muller ressentait une possible crevaison à l’arrière. Le mal se confirmait et le quadruple Champion du Monde abandonnait à mi-distance. Cet événement était décisif sur l’attribution du titre Pilotes, mais l’équipe restait totalement concentrée sur la course. Dans un fauteuil, José María López filait vers la victoire, tandis que Sébastien Loeb continuait sa bagarre au sein du peloton. L’explication entre Chilton et Valente tournait à l’avantage de Seb, qui décrochait la troisième marche du podium dans l’avant-de rnière boucle !

Enfin, l’équipe Citroën Total pouvait exulter avec son champion et revêtir le célèbre maillot ciel et blanc et frappé du numéro 37 !

Les visages barrés de larges sourires, les mécaniciens attaquaient aussitôt la préparation des voitures pour la course 2. Sur la grille de départ, Loeb, Muller et López se plaçaient aux 8e, 9e et 10e positions. Dans le premier virage, Yvan Muller se montrait le plus inspiré en débordant ses adversaires par l’extérieur. Au premier passage sur la ligne de chronométrage, il était sixième devant Seb et Pechito.

Groupées dans un mouchoir, les trois Citroën butaient derrière Hugo Valente. Muller tentait sa chance au cinquième tour. Les deux voitures se touchaient et Valente abandonnait. Dans la foulée, López se glissait dans un trou de souris pour prendre le dessus sur Loeb. Cinquième, sixième et septième, les trois C-Elysée WTCC restaient dans cet ordre jusqu’au drapeau à damiers.

ILS ONT DIT

Yves Matton, Directeur de Citroën Racing : « José María López est un beau Champion du Monde, pour Citroën, pour l’Argentine et pour le FIA WTCC ! Nous sommes heureux et fiers de l’avoir conduit au titre, car c’est un garçon qui brille autant par ses performances que ses qualités humaines. Deux semaines après avoir remporté le Championnat ‘Constructeurs’, c’est également une nouvelle consécration pour notre équipe. Depuis un quart de siècle, Citroën Racing a développé un savoir-faire unique, qui lui a permis de triompher en rallye-raid, en WRC et maintenant en FIA WTCC. Cette stabilité a créé une cohésion qui est la clé de notre réussite dès cette première saison dans la discipline. »

José María López : « Ce qui m’arrive aujourd’hui me procure un sentiment incroyable. Comme toujours, ce sont les remerciements qui me viennent en premier à l’esprit. Merci à ma famille, à tous ceux qui m’ont permis d’avancer dans des moments plus difficiles, et à Citroën qui m’a choisi pour piloter une de ses C-Elysée. Merci à tous les ingénieurs et mécaniciens. Pas seulement ceux qui s’occupent de ma voiture, car nous travaillons tous ensemble. C’est très spécial de gagner sur un des circuits fétiches d’Ayrton Senna. Il a conquis deux titres ici et je suis fier de faire de même. C’est également un honneur de succéder à Juan Manuel Fangio au palmarès Champions du Monde argentins. C’est grâce à lui que notre pays est aussi passionné de sport automobile et je suis fier de faire briller nos couleurs en FIA WTCC.&nb sp;»

Sébastien Loeb : « J’ai pris un très mauvais envol dans la première manche, je me suis trompé en manipulant les boutons de la procédure de départ ! J’étais cinquième en début de course, mais c’est très difficile de trouver l’ouverture sur ce circuit. Je suis resté au contact, à l’affût de la moindre opportunité qui s’est finalement présentée peu avant l’arrivée. C’est bien de monter à nouveau sur le podium. »

Yvan Muller : « C’est un week-end à l’image de ma saison, avec un manque de réussite chronique. Dans la course 1, j’ai vite senti l’arrière qui glissait et la crevaison s’est confirmée après quelques tours. Dans la seconde manche, j’ai pris un bon départ avant de me retrouver derrière Hugo Valente. Ce n’était pas facile de le dépasser, j’ai tenté une attaque qui s’est conclue par une touchette involontaire. »